Rechercher dans ce blog

mardi 26 mai 2009

Continuer

Cinquante billets ou citations. Dans tous les sens, pas de ligne directrice. A quoi ça ressemble sinon à moi ? Tentée par la touche supprimer.

Essayer d'être neutre, s'interdire la pose, en débusquer la tentation, effacer, effacer... pourtant prélever ce petit bout de réel plutôt que celui-là, choisir donc.

Et subjectivité. Forcément.

Puis au moment d'exprimer cette bouillie, connexion en panne, réaliser le goût enfantin retrouvé pour les mots, souvenirs mêlés de crayons et d'école, en sourire et basculer sur le billet cinquante-et-un.

Pas à une volte-face près !

« Vanité des vanités, dit l’Ecclésiaste ; vanité des vanités et tout n'est que vanité. Que retire l'homme de tout le travail qui l'occupe sous le soleil ?(...) J’ai vu tout ce qui se fait sous le soleil et j'ai trouvé que tout était vanité et affliction d'esprit ! » (Ecclésiaste, premier chapitre, traduction Lemaître de Sacy). Ou encore, éditions Arléa, Vanité tout n'est que vanité et pâture du vent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire