Rechercher dans ce blog

jeudi 30 septembre 2010

Du côté des couples...

Au début, quand je l'ai connu, ça m'a fait bizarre, c'est quelqu'un qui te parle cash, j'avais envie de lui dire, Arrête, pourquoi tu m'agresses, puis je me suis habituée...

mercredi 29 septembre 2010

Machine à écosser les haricots

 
Cachée là, sous l'escalier, de la vieille maison. Vagues souvenirs, danse d'un tamis, bruit saccadé, poussière et toujours la manivelle...
Elle confirme,  Oui, oui c'est la machine... Du haricot ? roulement de r, h aspiré avec vigueur, le bel accent basque si longtemps moqué, du haricot... si on en a fait... on n'achetait rien... sur deux ou trois rangs de maïs, eta gero dena eskuz, et ensuite tout à la main... le maïs, si le temps était avec nous, rien que pour nos deux parcelles, on en avait pour quinze jours, le soir dépouiller... t'as pas idée ce qu'on a travaillé.

mardi 28 septembre 2010

 Elle avance d'un pas vif, se penche vers la poussette et sourit à son bébé. Radieuse. Le soleil joue dans un friselis de cheveux sur son crâne nu. Résister à l'attraction, regarder au-delà, elle est chauve.

lundi 27 septembre 2010

Buter sur une petite feuille de lierre,
oui, elle se déprend, persistante sauf si
... quoique... du lierre, sûr ? 

Green Paul Verlaine
Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches
Et puis voici mon cœur qui ne bat que pour vous.
Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches
Et qu'à vos yeux l'humble présent soit doux.

dimanche 26 septembre 2010

Lieux de culte

Gottingen, rue principale, premiers jours de la Coupe du Monde
Visite d'une cathédrale, clichés et lieux communs. Docile, l'enfant suit puis "Mais si, les architectes d'aujourd'hui aussi laisseront leur marque... regarde les stades... à Barcelone y en a un, il est trop beau." Un tel élan et une telle ferveur dans la voix.
Rome, finale de la coupe du monde de foot, grand écran place de Sienne

samedi 25 septembre 2010

Oignons

les laisser sécher au soleil
puis avant les premières pluies les mettre à l'abri au grenier.

vendredi 24 septembre 2010

Goût de cendres

 Ce voyage, j'aurais tellement aimé le faire avec lui... je l'avais dans mon bagage à main .

jeudi 23 septembre 2010

Cheese !

Photo de famille. Réunis les fils ou filles de Sombrero, Bounty ou Domingo, leur père, Vittor leur grand-père.
Fierté légitime de l'éleveur.

mercredi 22 septembre 2010

La puce à l'oreille

Géolocalisation, traçabilité, transparence, le grand rêve d'alors. On avait pensé à des bracelets avant de se tourner vers des boucles. Pratique
 mais ils les perdaient.
La décision était alors tombée d'en haut : puces pour tous.
Ceux qui auraient leur peau sauraient où ils étaient nés, avaient grandi, circulé. En attendant, ici ou là, courber l'échine.

chronique de Caroline Eliacheff La puce à l'oreille

mardi 21 septembre 2010

Echappée d'un tiroir

Béret, vélo, si fiers... "Ah ! ça... ?  c'était quand un nouveau curé arrivait ou bien pour la confirmation, l'évêque venait, on voulait leur faire honneur..."

lundi 20 septembre 2010

Ouverture condamnée

Survivre, à la clé, parfois, un éclat de beauté. 

Je hais les haies Raymond Devos
Je hais les haies
Qui sont des murs.
Je hais les haies
Et les mûriers
Qui font la haie
Le long des murs.
Je hais les haies
Qui sont de houx.
Je hais les haies
Qu’elles soient de mûres
Qu’elles soient de houx !
Je hais les murs
Qu’ils soient en dur
Qu’ils soient en mou !
Je hais les haies
Qui nous emmurent.
Je hais les murs
Qui sont en nous.

vendredi 17 septembre 2010

Barcelone, boutique

... ou de l'art de vendre la différence
à des moutons.

jeudi 16 septembre 2010

Déconstruire disent les architectes

 
Grand nettoyage par le vide, casser les murs, conseils autorisés des architectes d'extérieur, d'intérieur, les meilleurs artisans, de l'argent, beaucoup d'argent, tout du meilleur goût. Pas d'ombre au tableau.

mercredi 15 septembre 2010

Rentrée

L'enfant tend l'enveloppe. Extraits :
(...)
Le bilan de révèle :
Il présente depuis le primaire une dyslexie mixte, atteignant les deux voies de lecture, ainsi qu'une dysorthographie massive.


En lecture, au test de l’Alouette, Paul François lit (…) ce qui la situe à un niveau de -2 par rapport à son âge.
Toutes les erreurs sont des paralexies verbales et des erreurs phonétiques. (…)
On note de nombreuses substitutions de mots (l’ennui / les nuits, pampres / pompes, décochée / détachée, cassettes / casquettes, écueil / écureuil)

Plus tard, la maman. Vous avez mis en place le protocole ?

Plus tard encore, réunion, l'infirmière "J'ai trouvé ceci qui vous aidera à repérer tous les dys, les dyxpraxiques, les dyslexiques, les dys..."

Songer à la capacité du médical ou paramédical à tout envahir, paré de l'incontestable discours prêté à la science mais aussi à notre docilité à lui laisser le champ libre, en son for intérieur préférer les nuits à l'ennui et les écureuils aux écueils... aux côtés de François donc.

mardi 14 septembre 2010

sur le départ

Elle y avait fait sa vie, élevé comme elle pouvait neuf enfants, supporté un mari buveur mais trop, c'était trop, même séparés et leur maison de l'autre côté du chemin "Ils se sont fait construire après le mariage", avec les jeunes ce n'était plus tenable et à quatre-vingts ans passés, elle partait. On n'en revenait pas. La maison non plus.

lundi 13 septembre 2010

Sienne

Résonnent jusqu'à l'intérieur de l'église San Francesco, cris de joie, hourras et applaudissements. Sortir.
A côté, dans le cloître, l'université couronne ses lauréats.
Champagne et petits fours. Parents, frères, sœurs, amis... tous sur leur trente-et-un... les appareils photo vont bon train...

Quant à l'emploi, la crise, tout ce qui fait peur... 
demain.

dimanche 12 septembre 2010

N'approche pas tant... tu vas lui faire peur...
et voilà... elle est parti ! Voyons quand même si elle a eu le temps de pondre le sien... deux... quatre... six... non, faudra qu'elle revienne.

samedi 11 septembre 2010

Getaria
tuer le temps

vendredi 10 septembre 2010

Installation (4)

le funiculaire
en travaux

jeudi 9 septembre 2010

A vendre


Maison 300m2
10 Pièce(s), 4 Chambre(s)

AUTHENTIQUE FERME A RENOVER SITUEE DANS UN CHARMANT VILLAGE AU CŒUR DU PAYS BASQUE. AMOUREUX DES VIEILLES PIERRES, LAISSEZ VOUS SEDUIRE PAR LE POTENTIEL QUI S'OFFRE A VOUS ET LAISSEZ LIBRE COURS A VOTRE IMAGINATION ... AFIN DE LUI REDONNER VIE
 
Vide depuis plusieurs années déjà. A combien avaient-ils vécu là ? Anciens, parents, enfants, oncles et tantes célibataires, domestiques.
 Pourtant, une vie avait passé et, à son tour, il avait fini par se retrouver seul. Difficile à peupler 300m2...
alors, il avait tout planté là et il était parti. Au bout, la maison de retraite... mais la payer... une vie d'économie n'y suffisait plus. Il avait mis la maison en vente.

Maisons Daniel Bourrion

"Maisons que l’on oublie et maisons que l’on rêve ou bien dont on a vague souvenir mais peut-être est-ce rêve ; maisons avec volets clos qu’on regarde de loin ; maisons dans lesquelles l’on se perd et c’est ce qu’on cherchait ; maisons que l’on n’approche pas ; maisons que l’on approche mais pour les voir mal ; maisons dont on entend le souffle et c’est dedans les gens qui font ce bruit de forge ; maisons qu’on rêve d’acheter sur un coup de folie, un coup de dés ; maisons où l’on est né, mais c’était dans le temps passé ; maisons à murs qui font ventre ; maisons qui disparaissent dessous la vigne, et l’on ne fait rien pour les découvrir, elles pourraient prendre froid".

mercredi 8 septembre 2010

 Pour lui, trois fois par semaine, sur le coup de dix heures, elle lâche chiffon ou téléphone et au coup de klaxon, c'est le pain et se dépêche dehors, pas rien se dépêcher à quatre-vingts ans passés. Une chance ! le jeune livreur aime bien parler. Ou écouter. Selon.
21ème jour
Elle, plus tard "Haur bat... c'est un enfant... je lui avais donné une pérette (poule naine) et voilà qu'elle est devenue glousse. Tiens-toi bien... il voulait la mettre à couver avec un œuf !!! Je lui ai dit, Mais qu'est-ce que tu veux que ça donne s'y a pas de coq... quand même, je te dis, pas savoir ça...  alors je lui ai donné six oeufs, et sur les six, il en a quatre qui lui sont sortis !!! il était pas peu fier !"

mardi 7 septembre 2010

Le conseiller de la coopérative l'a souligné "Cent quatre-vingts litres par brebis en moyenne, c'est bien... mais on peut faire mieux, et c'est maintenant que ça se prépare, avant l'agnelage."
Deux mille cinq cents euros de luzerne donc, salée l'addition, mais on partage avec un voisin,
elle regarde, hoche la tête "Ah ! Ils sont fiers du litrage, les jeunes... c'est vrai que c'est beau mais à combien qu'il revient le litre de lait en plus, je sais pas comment qu'ils font pour s'en sortir...?"

lundi 6 septembre 2010

Accolé à la maison à vendre,

 "une authentique ferme basque" dit l'annonce, un petit bâtiment,
la porcherie,
au-dessus, le poulailler,
 à côté, dernière porte, le four à pain et une bassine pour cuire la pâté des cochons.
"Il n'y avait pas d'argent qui circulait comme maintenant, on faisait tout etxekotz etxeko" (la production de la maison pour la maison).

dimanche 5 septembre 2010

Elle court chez son médecin. Des années Prozac, Lexomyl... Petit sourire désolé. J'ai rendez-vous avec mon dealer.

samedi 4 septembre 2010

Mariage (2) à l'italienne

 
Fleurir l'église, la maison, l'automobile, quitter au bras de son père l'appartement où l'on a grandi, sourire à tous et à chacun, choisir le décor pour LA photo, tard, beauté des couchants... ou tôt, seuls au monde, poser, encore et encore,  sourire, rien moins qu'à la postérité.
Là-bas ou ici, sous les beaux arbres du parc Beaumont, ou avec les Pyrénées en arrière plan, ou encore  à Villerupt, même combat.
(...) Quand la mariée dit Oui, c'est toujours ridicule, plus ridicule encore lorsque le marié dit Oui. Cela, je l'ai à nouveau constaté en cette circonstance. Comment pouvons-nous prendre au sérieux ce Oui de la mariée, alors que nous savons tout de même qu'il est hypocrite, tout aussi hypocrite que le Oui du marié, ce Oui embarrassé prononcé par deux fois, où tout de même ne se décide qu'un martyre qui va durer des décennies, ai-je pensé. Le Oui du mariage décide du joug du mariage. Rien d'autre. Et les gens n'aspirent à rien de plus qu'à se dire Oui et à renoncer à eux-mêmes et à se détruire, ai-je pensé. (...) Thomas Bernard Extinction

vendredi 3 septembre 2010

Sonnerie. Envol vers la sortie. Feuilles abandonnées sur les tables. Lire. Famille : j'ai un petit frère handicapé et deux oiseaux.

jeudi 2 septembre 2010

Colle di Val d'Elsa. Place déserte. Le soleil tape dur. Traverser ?

mercredi 1 septembre 2010

même scie...